Coupable hier, coupable aujourd’hui?   

                                avec Maître Collard

 

Plus de soixante ans après les faits, le doute plane encore sur l'affaire Mis et Thiennot. Graciés en 1954 par le président René Coty, les deux hommes ont depuis réclamé cinq révisions de leur procès... à chaque fois rejetées. Accompagné d'experts, Me Collard réexamine l'enquête et l'instruction.

Le 31 décembre 1946, le corps du garde-chasse Lucien Boistard est retrouvé dans un étang de Mézières-en-Brenne, dans l'Indre.


Les soupçons se portent rapidement sur Raymond Mis et Gabriel Thiennot. Au cours de leur garde à vue, les jeunes gens vont avouer le meurtre, avant de se rétracter devant le juge d'instruction et de clamer leur innocence. Ils sont condamnés à 15 ans de travaux forcés.


Le 22 juillet 1954, les deux hommes sont graciés par le président René Coty. Libres, mais pas innocentés, Mis et Thiennot engagent alors une véritable bataille contre les tribunaux, réclamant la révision du procès. Au total, ils feront cinq demandes, qui échoueront, faute d'éléments nouveaux.


L’Affaire Mis et Thiennot

«les aveux et la douleur»

dans la même collection: